«Les gens veulent éviter la honte des vols, sans vraiment éviter les vols»

Cie Aériennes, Citoyens, Empreinte, Prise de conscience

Independant 2020 02 13

De plus en plus de passagers voyagent en avion, même si c’est le moyen le plus rapide de développer notre empreinte carbone. Il est temps d’arrêter de craindre pour le greenwashing d’entreprise et d’affronter la dure vérité sur nos choix, dit Roger Tyers

Les clients sont en proie à des allégations selon lesquelles certaines compagnies aériennes sont plus respectueuses de l’environnement (Getty)

Bien que l’avion soit le meilleur moyen d’exploser notre empreinte carbone individuelle, les gens veulent toujours voler. Le nombre de passagers a même augmenté de 3,3 % dans le monde l’an dernier. Le battage médiatique autour de « Flygskam » – un mouvement mondial défendu par l’activiste climatique Greta Thunberg qui encourage les gens à arrêter de voyager en avion – semble avoir attiré plus d’attention des médias que les adeptes réels.

Une enquête de 2019 a révélé que, même si les habitants du Royaume-Uni étaient de plus en plus préoccupés par les émissions de l’aviation – ils étaient également plus réticents à voler moins. Cela pourrait refléter la normalisation du vol dans la société, aidée par les prix des billets qui sont en moyenne 61% moins chers en termes réels qu’en 1998. Mes compatriotes me demandent de plus en plus comment ils peuvent voler « durablement », le « plus vert » des compagnies aériennes ou les « meilleures » compensations carbone à acheter. Les gens veulent éviter la honte des vols, sans éviter les vols.

L’industrie a réagi rapidement. Des sites Web comme Skyscanner, utilisés pour comparer les options de vol entre les destinations, montrent désormais aux clients un « choix plus vert » – affichant la quantité de CO2 émise par un certain vol, par rapport à la moyenne de cet itinéraire. Ces choix écologiques sont déterminés à être des vols qui utilisent des itinéraires plus directs, des compagnies aériennes qui ont des avions plus récents ou peuvent transporter plus de passagers.

Bien qu’il existe des cas où deux compagnies aériennes opérant sur la même route peuvent produire des émissions très différentes, sur les liaisons court-courriers, ces différences sont invariablement faibles – généralement moins de 10%. L’option la plus verte serait de voyager en train, qui a jusqu’à 90 pour cent moins d’émissions que les vols équivalents. Cependant, Skyscanner a cessé de montrer les options de trains de passagers en 2019.

Pendant ce temps, la populaire compagnie aérienne à bas prix Ryanair – dont le PDG a récemment admis que le changement climatique n’est pas un canular – prétend maintenant avoir la flotte d’avions la plus verte d’Europe. Les avions modernes et économes en carburant de la société – ainsi que sa capacité à les remplir de passagers – en font l’option de transport aérien la plus « verte » du marché. Cependant, Ryanair avait un total de 450 avions en service en 2019 (contre seulement 250 en 2010) – ce qui signifie que malgré ses avions économes en carburant, la quantité de carburant qu’ils brûlent est la raison pour laquelle ils ont été nommés l’une des dix premières entreprises polluantes d’Europe en 2019.

L’année dernière, les programmes de compensation carbone sont également devenus populaires. Ces régimes permettent aux passagers de payer un supplément pour que leur compagnie aérienne puisse investir en leur nom dans des projets environnementaux – rendant ainsi un vol théoriquement « neutre en carbone ». British Airways compense désormais tous les vols intérieurs de ses clients au Royaume-Uni, tandis que Ryanair a également un programme permettant aux passagers d’acheter des compensations pour leurs vols, les recettes allant à des projets comprenant un programme de protection des baleines – qui ne semble absolument pas lié à la réduction du carbone.

Le danger de ces compensations bon marché est que les voyageurs peuvent croire qu’ils résolvent les problèmes causés par le vol – donc ils ne changeront pas leur comportement de voyage

Easyjet a également commencé à acheter des compensations au nom de tous ses passagers – pour un total de 25 millions de livres sterling par an. Cela a apparemment été une réussite en matière de relations publiques, des recherches internes ayant révélé que les passagers qui étaient au courant de la politique de compensation étaient plus satisfaits de leur vol que les clients qui ne le savaient pas.

Les passagers peuvent se sentir satisfaits, mais il est moins clair que leurs compensations réduisent réellement le carbone. Les critiques s’interrogent sur le décalage temporel associé aux compensations, en particulier les plans de plantation d’arbres. Un avion qui vole aujourd’hui pollue aujourd’hui – mais un arbre planté aujourd’hui n’éliminera pas le carbone pendant des années. Quant aux projets de « déforestation évitée », qui visent à protéger les arbres existants, il est presque impossible de prouver que ces arbres n’auraient pas survécu sans compensation financière.

Les compagnies aériennes affirment souvent que leurs compensations permettent d’économiser des niveaux élevés de carbone, à un prix très avantageux. Par exemple, easyJet investit seulement 3 £ par tonne de carbone qu’elle émet dans un programme de compensation carbone. Mais un investissement aussi bas pourrait même ne pas être en mesure de donner à ces programmes de compensation de carbone les finances nécessaires pour compenser réellement les effets d’une tonne de carbone. Pour le contexte, le système d’échange de quotas d’émission de l’UE échange actuellement le carbone à 21 £ la tonne, et le groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat pense que le carbone devrait être échangé à un minimum de 105 £ la tonne. Les modèles offset plus récents et plus chers – qui extraient le carbone directement de l’air semblent prometteurs – mais sont difficiles à mettre à l’échelle.

L’autre danger de ces compensations bon marché est que les voyageurs peuvent croire qu’ils résolvent les problèmes causés par le vol – afin de ne pas changer leur comportement de voyage. En effet, le secrétaire à la Santé Matt Hancock soutient même qu’il n’est pas nécessaire que les gens volent moins, car les vols à faible émission de carbone et électriques sont à nos portes. Malgré les informations selon lesquelles des avions solaires ou à batterie viennent à la rescousse, la technologie actuelle des avions ne va nulle part rapidement.

Cela est dû en partie au fait que le kérosène sur les vols internationaux n’est pas taxé, ce qui laisse peu d’incitation financière à l’industrie à investir dans de grands changements technologiques. Les constructeurs aéronautiques Boeing prédisent même qu’il produira 44 000 avions d’ici 2038 pour accueillir les huit milliards de passagers volant chaque année d’ici là. Ces avions ressembleront, sonneront et pollueront un peu comme ceux d’aujourd’hui.

L’aviation devrait actuellement représenter près d’un quart des émissions mondiales et être le secteur le plus polluant du Royaume-Uni en 2050. Et si le sauvetage récent du gouvernement de la compagnie aérienne défaillante Flybe est quelque chose qui va se passer, l’aviation continuera d’être libérée.

Les compensations de carbone et les ajustements « plus verts » pourraient seulement aider à rationaliser davantage le statu quo et à empêcher des politiques plus strictes d’entrer en jeu – telles que la taxation des voyageurs fréquents ou l’arrêt des agrandissements d’aéroport. Mais à mesure que les catastrophes naturelles liées au climat deviennent plus courantes, un changement radical de notre attitude envers le vol sera bientôt inévitable.

Roger Tyers est chercheur en sociologie environnementale à l’Université de Southampton. Cet article a été initialement publié dans The Conversation

Voyages : le site Lastminute attaqué en justice pour “pratiques commerciales illicites”

Citoyens, Tour Opérateurs, Tourisme, Voyages

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé ce lundi 27 janvier avoir assigné en justice le voyagiste en ligne. Elle l’accuse de vendre illicitement et à l’insu de ses clients des assurances onéreuses.

Photo d'illustration.
Photo d’illustration.Crédit : Nhac Nguyen / AFP

Sarah Ugolini

PUBLIÉ LE 27/01/2020 À 17:31

le voyagiste Lastminute visé par une plainte pour tromperie. L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a annoncé ce lundi 27 janvier avoir attaqué devant le tribunal judiciaire de Paris le voyagiste en ligne Lastminute. L’association l’accuse de vendre illicitement et à l’insu de ses clients des assurances onéreuses.

“L’association a saisi le tribunal judiciaire de Paris pour que cette pratique qui rapporte plusieurs millions d’euros par an à Lastminute cesse, soit jugée agressive et trompeuse et que l’opérateur soit sanctionné“, indique l’association dans un communiqué.

“Depuis quelques mois, alors que les consommateurs ne choisissent pas initialement d’assurance, le voyagiste fait apparaître, après la validation du moyen de paiement, une fenêtre pop-up qui détourne l’attention des consommateurs et leur fait souscrire l’assurance la plus chère sans s’en rendre compte“, assure l’UFC Que Choisir qui “dénonce ce piège marketing simple mais terriblement efficace”. Une pratique interdite par la loi.

L’association recommande aux consommateurs la plus grande vigilance

Début novembre, le quotidien britannique The Times avait même calculé que ce procédé pourrait permettre de dégager six millions de livres de recettes supplémentaires si un quart des clients de Lastminute, qui vend plus d’un million de vols et de séjours par an au Royaume-Uni, souscrivait, volontairement ou non aux assurances proposées.

Ile-de-France : l’appel de 67 maires et présidents de collectivités contre l’extension de l’aéroport de Roissy

Aéroports, Bruits, Citoyens, Politiques, Pollutions

Opposés à la construction du terminal T4, les élus franciliens viennent d’adresser une lettre à Emmanuel Macron.

Roissy. Vue du futur Terminal 4 de l’aéroport Paris-Charles de Gaulle. DR

Par Claire Guédon et Olivia VillamyLe 16 janvier 2020 à 21h01, modifié le 16 janvier 2020 à 21h21

« Monsieur le Président de la République, […] nous vous invitons à abandonner le projet d’extension de l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle. » La demande formulée dans la lettre commune envoyée le 10 janvier à Emmanuel Macron est très claire. Ils sont désormais 67 maires et présidents de collectivités d’Ile-de-France de tout bord politique à s’opposer à la future construction du gigantesque terminal T4.

Les maires de Nanterre (Hauts-de-Seine), Patrick Jarry (Gauche citoyenne), d’Ermont (Val d’Oise), Hugues Portelli (LR), de Paris, Anne Hidalgo (PS) ou encore de Saint-Denis, Laurent Russier (PCF) sont parmi les signataires, comme les présidents des territoires de Plaine commune et d’Est Ensemble, mais aussi des départements de Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne.

Echarpe tricolore sur le buste, les élus se sont réunis ce jeudi après-midi au siège de Plaine commune, à Saint-Denis pour faire entendre solennellement et publiquement leur voix et leur différence. Une position nouvelle qui tranche avec l’époque pas si lointaine où les promesses d’emplois des projets d’extension aéroportuaire de Roissy comptaient plus que les questions environnementales.

« Protection du climat & la santé »

« Entre des perspectives de croissance hypothétiques et la protection du climat et de la santé de nos concitoyens, nous avons pour notre part choisi », détaille le courrier dans lequel il est demandé à Emmanuel Macron « d’envisager ensemble la construction d’alternatives génératrices d’activités, écologiquement responsables et protectrices des habitants. »

Non aux nuisances des avions, oui au développement économique, c’est en résumé ce que défendent les élus pour leur région. « On a besoin des emplois mais n’existe-t-il pas d’autres manières d’en créer ? Je crois que la grande question contemporaine, c’est de ne plus opposer les questions sociétales aux questions environnementales », juge David Proult, maire-adjoint à l’aménagement et à l’urbanisme de Saint-Denis.

Le projet d’extension porté par le groupe ADP s’inscrit effectivement dans des prévisions d’augmentation de trafic, estimées entre 2 et 3 % par an. « L’ouverture du terminal 4 représenterait 38 % de trafic en plus. Pour une ville comme Epinay, c’est colossal », s’alarme Eugénie Ponthier, maire-adjointe à l’origine de l’appel.

A l’horizon 2037, année où le T4 est censé être en service dans sa totalité, Roissy pourrait supporter entre 107 et 126 millions de passagers annuels (contre 76,2 millions en 2019) et enregistrer entre 620 000 à 660 000 mouvements d’avions (contre 498 175 en 2019).

Saint-Denis, le 16 janvier. Les maires d’une soixantaine de communes d’Ile-de-France s’opposent au projet d’extension du terminal 4 de l’aéroport Charles-de-Gaulle. Ils dénoncent la pollution atmosphérique et sonore du projet. LP/Olivia Villamy
Saint-Denis, le 16 janvier. Les maires d’une soixantaine de communes d’Ile-de-France s’opposent au projet d’extension du terminal 4 de l’aéroport Charles-de-Gaulle. Ils dénoncent la pollution atmosphérique et sonore du projet. LP/Olivia Villamy  

« Ils nous promettent 50 000 emplois mais c’est du vent ! »

« Ce T4 va surtout servir à faire des escales, pour répartir les gens en transit mais ça ne va pas profiter au territoire », craint Hervé Chevreau, maire (SE) d’Epinay-sur-Seine.

Un point de vue partagé par Xavier Melki, maire (LR) de Franconville (Val-d’Oise). « Ils nous promettent 50 000 emplois mais c’est du vent ! Combien d’emplois directs ? Combien d’emplois pérennes ?, s’interroge-t-il. Quand on regarde les chiffres, depuis 6 ans le nombre d’emplois a baissé sur la plate-forme de Roissy malgré la hausse exponentielle des vols. »

Les doutes de l’élu font écho à une polémique qui a entouré les hypothèses économiques indiquées par le groupe ADP, lors de la concertation préalable organisée entre février et mai 2019. Selon le GIP Emploi de Roissy (qui rassemble partenaires privés et publics depuis 1998), le nombre de postes liés au Terminal 4 pourrait représenter 4 000 à 5 000 emplois par an, en phase chantier et à terme, entre 40 600 et 44 700 emplois, pour la phase exploitation.

L’enquête publique pour « autorisation environnementale » aura lieu au deuxième trimestre 2020.

Ma vie dans le Bruit

Aéroports, Bruits, Cie Aériennes, Citoyens, Politiques, Pollutions

France2 – Envoyé Spécial – 2020 01 14

Avions, trains ou voitures qui passent à toute allure… En France, près de 9 millions de personnes seraient exposées au bruit infernal des transports.

Limites selon OMS :
45 dB avions ( mesuré à 85 dB)
53 dB trafic routier
54 dB Train
Pour l’ANSES :
Au delà de 65 dB le bruit devient un problème sanitaire

Climat: 23% des Français ont déjà renoncé à l’avion pour partir en vacances

Citoyens

Sondage BFMTV / ELAB – 2019 06 26

Selon notre nouveau sondage Elabe “L’Opinion en direct”, 23% des Français assurent avoir renoncé à prendre l’avion pour se rendre en vacances et 15% d’entre eux sont prêts à adopter rapidement ce comportement. Ils sont d’ailleurs 37% à déclarer qu’ils privilégient déjà les transports les moins polluants. 

Si les Français estiment que l’exécutif n’en fait pas assez pour résoudre les problématiques liées au réchauffement climatique, ils semblent prêts à faire des efforts de leur côté pour limiter ce phénomène et, plus largement, protéger l’environnement.

Certains auraient déjà renoncé aux transports les plus polluants. Une minorité de Français assure par exemple ne plus prendre l’avion pour les vacances et loisirs (23%), tandis que 15% se disent prêts à adopter ce comportement rapidement, selon un sondage “L’Opinion en direct” conduit par Elabe pour BFMTV*. Ils sont d’ailleurs 37% à déclarer qu’ils privilégient déjà les transports les moins polluants au quotidien (transports en commun, vélo, véhicule électrique ou hybride, covoiturage) et 23% être prêts à le faire.

Une majorité de Français prêts à moins utiliser leur voiture

Par ailleurs, plus d’un Français sur deux (54%) compte diminuer (52%) ou renoncer (2%) à l’utilisation de sa voiture. Les 46% restants qui n’envisagent pas cette option sont davantage issus des catégories sociales inférieures (54%), des communes rurales (54%) et de moyennes agglomérations (52%) où il est plus difficile de se déplacer.

Reste que les habitudes de transports sont visiblement les plus tenaces. Car privilégier des modes de transports moins polluants et ne plus prendre l’avion pour les vacances et loisirs font partie des comportements pour lesquels les Français expriment le plus de réserves (31% chacun), avec le fait de consommer moins de viande (24%).

Les Français favorables à l’interdiction des vols intérieurs

Si la majorité des Français ne sont visiblement pas prêts à se passer de l’avion pour se rendre à leur destination de vacances, ils sont prêts à renoncer au vols les plus courts.

Invités à se prononcer sur un projet de loi déposé par certains députés désireux d’interdire des vols en avion à l’intérieur de la Francemétropolitaine lorsque le trajet peut être assuré dans un temps équivalent ou inférieur par une ligne de train existante, près de 7 Français sur 10 (69%) se disent favorables à cette mesure. Seuls 18% y sont opposés et 13% ni favorable, ni opposé.

Les comportements adoptés par les Français 

Parmi les différents comportements à adopter en faveur de l’environnement, le tri des déchets est déjà effectué par 86% des Français, devant le fait de rapporter les équipements et vêtements usagés dans des points de collecte pour les faire recycler (73%) et l’achat d’équipement de maison à basse consommation électrique (64%).

Pour ce qui est des comportements que les Français déclarent être le plus prêt à adopter rapidement, les achats de produits d’occasion ou la location arrivent en tête (28%), devant le fait de changer de mode de chauffage ou de climatisation pour un système plus polluant (26%) et changer ses habitudes alimentaires en privilégiant des produits de saison, bio et/ou locaux (24%).

*Étude réalisée sur un échantillon de 1004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. 

Rejoignez-nous

Citoyens, CO2

Signez la promesse et rejoignez le nombre croissant de personnes qui seront “FlightFree” en 2020.

Lorsque vous vous inscrivez, votre nom sera automatiquement compté dans le nombre total de signataires. * Votre adresse e-mail sera ajoutée à notre liste de diffusion où vous recevrez un e-mail par mois pour vous tenir au courant de la campagne. Vous pouvez vous désabonner à tout moment, mais nous conserverons vos données, sans quoi votre engagement ne sera pas comptabilisé. Pour plus d’informations sur la manière dont nous utilisons vos données, veuillez consulter notre politique de confidentialité.

Pour que votre signature compte pour les 100 000, vous devez être un résident Français. Si vous sélectionnez un pays différent, votre engagement sera enregistré dans la base de données en tant qu’engagement international.

Merci de votre engagement.